La main à la pâte 22
Le site de "la main à la pâte" des Côtes d’Armor

Categories

Accueil > Projets > Le défi scientifique > Le Défi 2010 : La lumière > FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : Défi scientifique des Côtes d’Armor (...)

FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : Défi scientifique des Côtes d’Armor 2010

jeudi 4 février 2010, par Bertrand Posnic

Posez vos questions sur le défi scientifique des Côtes d’Armor 2010. Les personnes ressources vous répondront.

Pour poser une nouvelle question, cliquez sur "Aborder un nouveau sujet".

28 Messages

  • FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : fonctionnement Le 4 février 2010 à 22:05, par Bertrand Posnic

    Vous souhaitez poser une question, évoquer votre travail ou communiquer avec une autre classe participante… ce forum est fait pour vous !

    "ABORDER UN NOUVEAU SUJET" vous permet d’ouvrir un nouveau thème de discussion sur lequel d’autres personnes peuvent apporter un point de vue, des solutions etc…

    "PARTICIPER A LA DISCUSSION" à un sujet vous permet bien entendu de participer à un échange.

    Répondre à ce message

    • FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : fonctionnement Le 3 mars 2010 à 13:54, par Andrée Hauguel

      Bonjour,

      Ressource potentielle : le site WikiDébrouillards présente et explique de nombreuses expériences en rapport avec la lumière (rubrique optique) .
      Personnellement, je pense orienter les élèves vers un questionnement autour de la réalisation d’une image en relief (Avatar oblige...)pour aboutir à la réalisation d’un anaglyphe .
      Les connaissances scientifiques sous-jacentes : comprendre que la lumière blanche est composée de plusieurs couleurs, le principe de décomposition (additive/soustractive), la vision binoculaire.
      Ceci est-il dans l’esprit du défi ?
      Merci
      Andrée Hauguel, Etables

      Répondre à ce message

    • FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : fonctionnement Le 6 mars 2010 à 20:19, par Bertrand Posnic

      Bonjour,

      C’est tout à fait dans l’esprit du défi. Je n’ai jamais eu l’occasion de participer à la mise au point d’un anaglyphe, mais cela semble possible avec les moyens techniques dont nous disposons aujourd’hui dans nos écoles (j’ai trouvé cette description sur internet http://monsite.wanadoo.fr/anaglyphes/page4.html ).
      Tenez nous au courant de vos découvertes en la matière.

      Répondre à ce message

    • FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : fonctionnement Le 11 mars 2010 à 16:50, par Loïc Poullain

      Vous avez raison, la vision 3D est une bonne idée (je n’avais pas osé le mettre sur les pistes de travail) : je pense que ce sera pour vous avec les deux images Rouge et verte décalées et vues à travers des filtres colorés.
      Avatar doit utiliser un système plus complexe avec des filtres polaroïds commandés à distance.

      Votre idée des couleurs RVB constituant la lumière blanche est une piste originale.

      Veillez tout de même à rester simple : dans le cadre des programmes, il s’agit de la lumière et des ombres.

      De bons filtres colorés sont disponibles chez électronique diffusion ou sans doute les revendeurs d’accessoires pour projecteurs de spectacles (Platine ou Loops à St Brieuc)

      L Poullain, IUFM

      Répondre à ce message

    • FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : fonctionnement Le 16 mars 2010 à 10:23, par Andrée Hauguel

      En effet, je suis consciente qu’il faut rester simple et respecter les programmes.
      Je pense faire découvrir, au travers d’expériences simples et d’observations que :
      Chacun de nos yeux voit une image légèrement décalée
      On ne voit pas dans le noir, bien sûr mais aussi un objet rouge éclairé par une lumière bleue... (mesures comparatives,
      anticiper sur ce que l’on verrait si....test).
      Observer aussi comment est constituée une image 3d type anaglyphe (on en trouve dans des magazines pour enfants), analyser, décomposer, comprendre, reproduire.
      Cela vous paraît-il trop complexe ou éloigné des programmes ?
      Merci
      Andrée Hauguel

      Répondre à ce message

    • FORUM TECHNIQUE ET PEDAGOGIQUE : fonctionnement Le 31 mars 2010 à 23:21, par Loïc Poullain

      Je découvre un peu tardivement votre question et vous prie de m’en excuser.

      Attention à une explication et une approche trop complexes de la nature de la lumière blanche : les synthèses additive et soustractive de la lumière blanche doivent être réservées au collège (d’ailleurs seule la synthèse additive est au programme de 4eme).
      Je vous conseille de vous limiter à une approche expérimentale (filtres vert et rouge) et une réalisation concrète de l’image en 3D par les élèves : ce sera déjà bien.

      avec ces filtres, vous pouvez aussi leur faire réaliser des projections et ils verront que quelque soit la couleur de la lumière, l’ombre portée est toujours noire.

      Répondre à ce message

  • Pour commencer. Le 22 février 2010 à 17:35, par Loïc Poullain

    Voici quelques repères pour aider les enseignants et les élèves à se lancer dans ce "défi" que l’on doit surtout aborder comme un défi contre l’ignorance et pour la connaissance scientifique. Il ne s"agit pas de comparer et classer les travaux de votre classe par rapport aux autres classes participantes.

    On aura l’occasion de travailler ensemble pour échanger, apporter des solutions techniques qui débloqueront votre recherche (matériel, conditions expérimentales, ressources techniques) mais le travail réel est fait par votre classe et l’important est de pouvoir le présenter le jour de la rencontre (18 juin) sous la forme de panneaux écrits et illustrés, d’une ou plusieurs expériences et d’exposés faits par les élèves.

    Afin de ne pas s’éparpiller, on peut rester proches des thèmes imposés par les programmes et avoir un projet global sur le sujet (sciences, maitrise du langage, arts, etc..)

    Voici ci-après quelques pistes possibles :

    voir des objets avec la lumière :

    sources artificielles lampes, DEL, flammes. Les objets qui nous entourent ne sont visibles que parce que sont des sources lumineuses secondaires, c’est à dire qu’ils sont d’abord éclairés par une lumière directe et ensuite ils absorbent cette radiation et ré-émettent à leur tour dans toutes les directions tout ou partie de la lumière incidente. On appelle ce phénomène la diffusion.
    On peut travailler en cycle 1 sur la boite à lumière : des gommettes de couleur sont collées au fond d’une boite à chaussure percée uniquement d’un trou sur lequel on y met son œil. Les cotés de la boite contiennent des fenêtres recouvertes de calque (la lumière peut passer mais on ne peut pas observer ce qu’il y a dans la boite). Les enfants distinguent de mieux en mieux ce qu’il y a dans la boite s’ils ouvrent les fenêtres. Cela signifie qu’on ne peut voir des objets que s’ils sont éclairés.

    Production de lumière

    Cette lumière peut être produite de multiples façons : flammes, étincelles, Soleil, fil de fer chaud. Il est intéressant pour des élèves de cycle 3 de distinguer les lumières artificielles : lampe 3,5V de différentes puissances, DEL rouge, verte, jaune, de plus ou moins faible consommation expérimentations uniquement avec des piles. Observation des éclairages domestiques et industriels ou collectifs. Le programme précise qu’en électricité, on peut mettre en œuvre des composants électriques différents (lampes différentes).

    Couleur des corps

    Une autre piste est aussi d’éclairer des objets colorés en lumière colorée : on se rend vite compte que la couleur d’un objet n’est pas une propriété intrinsèque de cet objet (il faut également préciser la lumière qui l’éclaire)

    Ombres :

    théâtre d’ombres
    Avec une source ponctuelle (lampe 3,5V ou nouvelle DEL Luxeon) on peut réaliser de beaux théâtres d’ombres en mettant des objets opaques ou partiellement transparents dans le faisceau. L’observation se fait à l’arrière d’un écran de papier calque ou papier sulfurisé ou papier huilé. On peut travailler sur l’objet ou sa position en cycle 1,2 ou 3.

    Variantes :

    Le jour et la nuit (cycle 2) , les éclipses de Lune et de Soleil, l’ombre du piquet vertical (gnomon) et on revient sur le mouvement apparent du Soleil.

    A réserver au collège

    Avec une source étendue de lumière (une balle de tennis de table coiffe une lampe 3,5V) on peut comprendre que l’éclipse totale de Soleil n’a lieu que sur une très petite région de la Terre (un peu hors programme)

    Colorier avec la lumière :

    faisceaux colorés et filtres colorés
    avec des DEL de puissance RVB il est possible de reconstituer la lumière blanche et toutes les couleurs de l’arc en ciel. La superposition de filtres colorés JMC peut aussi produire de belles compositions. On trouve les filtres à découper chez « Electronique diffusion ».

    En cycle 1, un travail de reconnaissance des couleurs avec des lunettes colorées est assez original.

    écrire, graver avec la lumière

    photogrammes, sténopés, appareils photographiques

    En construisant des boites noires à partir de patrons de parallélépipèdes, on assemble la boite photographique de base dont l’objectif est un simple trou. Il suffit de coller au fond de cette boite étanche à la lumière un papier photographique N&B, exposition du sujet à photographier de 2 à 3 minutes et développement dans une pièce obscure avec révélateur et fixateur (10 € pour faire 10L de produits chez Camara à St Brieuc).

    On peut aussi remettre en service les vieux appareils de grand père (6x6 ou 6x9cm) et obtenir par contact des photographies intéressantes.
    Avec une source de très faible puissance et ponctuelle, on peut aussi « écrire » avec la lumière sur ce papier photographique.

    Communiquer avec la lumière

    L’absence de lumière ou la présence de lumière pendant une durée plus ou moins longue permet par codage de transporter une information à distance.
    Le musée des télécommunications pourrait être une bonne ressource pour cela.

    La lumière peut aussi traverser des milieux transparents tels que l’eau le plastique ou le verre. Travail avec les fibres optiques et les fontaines éclairées ( bouteille percée lumineuse)
    La lumière ne se déplace pas toujours en ligne droite : lorsqu’elle rencontre des milieux différents, elle est déviée (réfraction) mais on laisse ce phénomène pour le secondaire. Par contre, sur des surfaces métalliques ou en verre ou plastique, elle est réfléchie comme la boule de billard qui rencontre une bande.

    Notre cerveau, pas très performant nous fait penser que la lumière des objets vient en ligne droite (images virtuelles) : on peut travailler en maternelle sur les images vues à travers les miroirs, découvrir des fruits cachés sous le banc en utilisant un miroir. En cycle 2, un objet technique réalisable est le kaléïdoscope ou le périscope.

    Se chauffer avec la lumière

    Conversion rayonnement chaleur.
    Toutes les expériences qui consistent à intercaler dans le faisceau lumineux des objets opaques peu diffusants qui vont transformer le rayonnement en chaleur (chauffe eau solaire, capteur thermique, effet de serre, concentration de la lumière avec des loupes ou des miroirs pour chauffer l’eau..) Travail avec un thermomètre.

    Croitre et se développer avec la lumière

    Les besoins des végétaux sont identifiés dès le cycle 1 pour comprendre que( comme les animaux ) ils se développent, grandissent et pour cela utilisent des éléments de l’environnement. La lumière est la source d’énergie primordiale de la plupart des écosystèmes de la planète. A quoi sert-elle ? Comment conditionne-t-elle la répartition et la vie des êtres vivants sur terre ?

    S’informer avec la lumière

    Cadrans solaires, phases de la Lune, planètes.

    On peut mesurer le mouvement apparent du Soleil et avoir l’heure en construisant par exemple un cadran solaire équatorial et horizontal avec un ancien boitier de CD et un pic à brochette (la fiche technique est disponible sur lamap22)

    C’est la lumière issue des planètes de la Lune et des étoiles qui nous donne toutes les informations en astronomie. On peut alors construire des maquettes pour se représenter la structure de notre univers proche ou lointain.

    Un autre exemple est la mesure du rayon de la Terre par la méthode d’Erathostène (à voir sur le site de lamap22 entre les écoles de Boquého, Louannec et du Niger, Agades)

    Pour le collège et la lumière invisible.

    Mettre en œuvre simplement des capteurs infra rouge avec un circuit série (pile, photo transistor, résistor) et visualiser la tension à l’oscilloscope.

    Détecter les lumières IR avec des appareils photos de téléphones portables ou autres
    Pour les bricoleurs, construire un tableau interactif avec une wiimote ou plus simplement utiliser la wiimote comme capteur de position (sources internet).

    Les ingénieurs de l’ENSSAT de Lannion ont travaillé sur le sujet.

    Bonnes recherches.

    Répondre à ce message

  • La lumière comme source d’énergie Le 1er avril 2010 à 21:49, par Bertrand Posnic

    Message de M-P Guillou, ecole de Louannec :
    Je viens de découvrir les différents thèmes que l’on pourrait aborder. je
    crois que je me suis complètement égarée dans le sujet !!!!
    J’ai pensé lumière naturelle comme source d’énergie !!
    Un groupe d’elèves a commencé à construire un animal ( petit chat) : les
    yeux s’allument quand il y a du soleil ( source d’énergie ) et on aimerait
    un signal sonore ( buzzer ) quand il n’y a plus de soleil par exemple ou
    l’animal mal orienté. On a donc 2 circuits pile solaire / led et pile
    chimique /buzzer.
    Est-on dans l’erreur ?
    à bientôt
    Marie-Paule Guillou

    Réponse de B. POSNIC :
    Vous êtes dans le sujet, pas de souci. Le cahier des charges stipule : " Les élèves devront donc s’employer à créer un dispositif utilisant la lumière (naturelle ou artificielle) en vue d’une application ludique ou domestique ."

    Répondre à ce message

    • La lumière comme source d’énergie Le 12 avril 2010 à 23:23, par Goulven Lintanf

      Les élèves se sont-ils déjà interrogés sur le fait d’orienter mécaniquement la cellule photovoltaïque vers la source de lumière, sans tourner le chat, si le buzzer se met à sonner ?
      C’est très intéressant comme démarche en tout cas.

      Répondre à ce message

    • La lumière comme source d’énergie Le 27 avril 2010 à 10:00, par Loïc Poullain

      Les élèves de Louannec ont toujours de bonnes idées : c’est simple et un tres bon exemple de convertisseur.

      Pour le buzzer, attention à ne pas monter une usine à gaz mais c’est aussi l’occasion pour les élèves de travailler sur des circuits différents. Comment faire pour basculer lumière obscurité simplement ?
      La photorésistance peut vous aider éventuellement.

      Répondre à ce message

  • En direct de Moscou Le 27 avril 2010 à 22:53, par Loïc Poullain

    Les classes primaires du lycée français de Moscou se sont engagées dans le défi scientifique en adoptant le thème 2010 des Côtes d’armor .
    Ce sujet de discussion peut être l’occasion d’échanger sur les projets entre les classes costarmoricaines et moscovites.

    - la lumière est elle la même à Moscou et à Saint Brieuc ?
    - où se trouve le Soleil au même moment dans le ciel ?
    - Y a t il des panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques ?
    - Quelles sont les lumières artificielles utilisées en Russie ?
    - Avez vous l’occasion de voir des éclipses de Lune ou de Soleil ?

    Le jour de la rencontre à Ploufragan le 18 juin, on espère pouvoir entrer en contact par visioconférence avec quelques élèves du lycée de Moscou.

    A vos claviers.

    Répondre à ce message

    • En direct de Moscou Le 22 mai 2010 à 10:26, par Bertrand Posnic

      Bonjour à tous,

      Les élèves qui constitueront le jury du défi disposent d’une adresse skype (classe1.plouasne). Nous disposons d’un tableau numérique et d’une webcam qui nous permet d’entrer en communication avec nos amis moscovites de manière collective. Nous allons passer la plupart de nos jeudis et vendredis après-midis sur le défi scientifique (sauf le 27 mai !).Il serait intéressant que le jury s’entraîne un petit peu via cet outil. Je pensais par exemple à une connexion le 17 juin, veille des rencontres prévues à Ploufragan. Qu’en pensez-vous ?

      Bertrand POSNIC

      PS : A Plouasne, la classe reprend à 13h45 l’après-midi, ce qui fait 15h45 à Moscou. Est-ce faisable ?

      Répondre à ce message

  • Caméra obcura Le 3 mai 2010 à 22:10, par Loïc Poullain

    Je copie un message de Mme Jonckeere :


    Je démarre tout juste sur le défi. Je souhaite faire quelque chose en rapport avec l’image (parallèle avec Ecole et cinéma) donc je pensais à une camera obscura, voire un praxinoscope. J’en suis au stade "recherches et réflexion". Si tu as des idées, n’hésite pas à m’en faire part...

    Christine Jonckheere


    Voici donc ma réponse :
    La caméra obscura ou chambre noire est un très bel exemple qui montre que la lumière peut écrire sur un papier sensible et donner des productions intéressantes.
    A partir d’un trou fin dans une boite de gâteaux et d’un papier photographique noir et blanc vous pouvez obtenir des reproductions inversées et négatives (ce qui est noir devient blanc et inversement).

    Le praxinoscope (ou thaumatrope) consiste à faire défiler devant l’œil des images successives qui nous donnent l’impression d’être animées : cette propriété est plutôt due à l’œil et à la persistance rétinienne. On s’écarte un peu du sujet et du niveau primaire.

    A vous de choisir tout de même.

    Répondre à ce message

  • Je recherche des vidéos sur les arcs en ciel.
    Connaissez-vous des sites où je pourrais en trouver ?

    Cordialement
    JL Le Bronnec

    Répondre à ce message

  • Cadran solaire en maternelle Le 17 mai 2010 à 17:29, par Bertrand Posnic

    Echanges de courriels entre Christelle Thomas (E. mat. Ploufragan, Loïc Poullain et Bertrand Posnic)

    Message de C. Thomas :

    Bonjour Loïc et Bertrand,

    Je me tourne vers vous au sujet du défi scientifique des Côtes d’Armor.
    Je fais participer la classe de GS (qui n’est pas ma classe mais avec qui je travaille en groupe l’après-midi puisque les maîtresses de PS ne font pas la sieste !!!)
    J’ai choisi de travailler sur l’ombre (de son propre corps, d’une figurine, avec la lumière du soleil ou d’une lampe électrique)
    Les enfants ont produit des dessins et m’ont dicté ce qu’ils avaient retenu, ce qu’ils avaient appris.
    Pour finaliser, je pense arriver à construire avec eux une horloge solaire avec les différents temps de la journée scolaire (heure de début de l’école, de la récréation, du repas du midi, de la sortie ...)J’aurais besoins de conseils techniques pour la fabrication (support, "pic", inclinaison du "pic" sur le support ?)

    Que faut-il produire pour la journée du 18 juin ? Nous sommes prévus le matin, que doit-on apporter ?
    J’ai cru comprendre qu’un diaporama serait le bien venu ... (j’ai pris des photos !)

    Merci,
    Christelle Thomas

    Réponse de Loïc Poullain :

    C’est bien Christelle de prendre ce sujet au niveau des GS. L’ombre portée par le corps par la source Soleil est une bonne idée. Continue donc tes tracés "naturels" et utilise les pour repérer le temps qui passe : c’est super.
    Ne t’encombre pas avec la réalisation d’un cadran solaire qui "marche" pour toute l’année. Ils verront bien que le leur (plan horizontal et bâton vertical) n’est pas parfait sur une période de deux ou trois mois.
    http://www.lamap22.net/Le-cadran-solaire-equatorial-et.html

    Bravo pour ta démarche.

    Réponse de Bertrand POSNIC :

    Bonjour Christelle,

    Tu sembles faire le choix d’un cadran solaire horizontal ce qui me semble plus difficile à réaliser qu’un cadran équatorial. Je t’envoie une documentation sur le sujet, mais Loïc aura peut-être mieux.
    Au niveau matériel, le carton plume est un bon support, facile à travailler, on peut aussi facilement tracer des choses dessus. Pour le style, des piques à brochettes feront l’affaire, mais si tu choisis de faire des styles triangulaires, le carton peut également être très utile.
    Pour un cadran solaire horizontal, tu peux aussi utiliser l’environnement de la cour ou d’un jardin. L’obélisque de la Concorde est un cadran solaire qui utilise la géographie de la place, on peut imaginer un travail similaire avec des maternelles.

    Bertrand

    Répondre à ce message

  • sandrine Bozec : mon message est arrivé sur le forum du défi 2007 sur le vent ?????
    mausaise manip !!!
    merci d’aller le voir afin de connaitre les raisons pour lesquelles nous ne participerons pas à la journée du 18 encore toutes mes excuses !

    Répondre à ce message

  • J’y vais ou j’y vais pas ? Le 21 mai 2010 à 17:36, par Bertrand Posnic

    Message de Sandrine Bozec :
    Nous sommes le 20 mai et rien de vraiment concret à présenter pour le 18 juin. Au départ un projet de toute l’école sur la météo avec une classe découverte à Plemeur-Bodou et un prolongement EDD (1° approche du réchauffement climatique)…je pensais y inscrire le défi scientifique mais je me suis totalement éparpillée ; ° un travail sur l’image ; de l’image fixe à l’image virtuelle.mes élèves savent tout sur les pixels, pardon les pixous pour les cp !!!! °un travail sur les moyens de communication du télégramme au satellite…. °un travail sur la météo , vent ,pluie.. et SOLEIL …. effet de serre…. et voilà comment on s’éparpille en beauté et encore j’ai fait court !!! où en sommes nous ? après avoir trié des images fixes , participé à des animations en 3D et 4D nous avons fabriqué des thaumatropes (CP) flip book CE1 et nous sommes en train d’essayer de comprendre comment ça marche ?en parallèle nous réalisons une vidéo sur la classe découverte, commentaires , compte-rendus d’expériences et petite mise en scène….. Nous sommes en train de travailler sur le soleil comme énergie (four solaire ) et effet de serre au niveau CP CE1 Alors voila nous ne sommes pas prets du tout peut-être……. l’année prochaine.. !!!! Je crois qu’il ne faudra pas compter sur les petits chercheurs de Saint-Cast cette année ! Désolée ! Sandrine Bozec

    Bonjour Sandrine,
    Je ne comprends pas. Il y a là, largement matière à présenter votre projet le 18 juin. Un projet n’est jamais totalement abouti. C’est ma dixième participation et chaque année, à J-1, je me dis que la classe n’est pas prête...et j’ai toujours tort. Crois-moi. Je te demande de revoir ta position. Tu ne le regretteras pas.
    Bertrand

    Répondre à ce message

    • J’y vais ou j’y vais pas ? Le 21 mai 2010 à 23:49, par Loïc Poullain

      avec des explorations aussi vastes, en plein dans le thème, il serait dommage que ces petits ne viennent pas : il y aura des ateliers animés par des maitres et maitresses qui reprendront ce que vous avez fait. Le lieu est nouveau et très bien organisé.
      Limitez vous à un seul sujet à présenter par ces petits.

      Répondre à ce message

    • J’y vais ou j’y vais pas ? Le 28 mai 2010 à 18:52, par Andrée Hauguel

      J’en suis un peu là aussi : des recherches en cours, des questions qui en appellent d’autres...mais ils cherchent !
      Nous étions partis sur l’image 3d (clin d’oeil à Avatar), avec l’idée de faire un anaglyphe. nous avons abordé les illusions d’optique, la couleur de la lumière, mélangé des faisceaux lumineux, transparent et opaque, qu’est-ce qu’une ombre, que voit-on à travers un filtre de couleur...
      Au final, ils auront abordé le spectre de la lumière visible, la décomposition additive, transmission et réflexion, les ombres.
      Plus la rédaction de comptes-rendus sur le blog, la recherche sur internet, un diaporama...
      Bref, du boulot mais toujours pas d’anaglyphe ! (j - 19).
      Je crois important de participer même si les travaux ne sont pas achevés. L’important est ce qu’on a appris...

      Andrée Hauguel

      Répondre à ce message

  • Ce qui compte, c’est bien de participer... Le 21 mai 2010 à 17:39, par Bertrand Posnic

    Message de MP Guillou (Louannec) : Je vais essayer d’envoyer des photos ,avec un petit texte pour le journal. Cette année, je ne suis pas au point avec le projet pour raisons multiples. Est-ce que la classe peut quand même participer si tout n’est pas ficelé ?
    à bientôt
    Marie-Paule Guillou

    Réponse de Bertrand Posnic :
    Bien entendu. D’autres classes seront probablement dans le même cas, à
    commencer par la mienne.

    Répondre à ce message

    • Ce qui compte, c’est bien de participer... Le 21 mai 2010 à 23:54, par Loïc Poullain

      Et voici encore que Mme Guillou se remet en cause parce que tout n’est pas parfait : c’est bon signe, la démarche est certainement la bonne. Vous viendrez avec ce que vous avez fait et vous exposerez ce qui vous a bloqué. C’est plus important qu’un projet qui marche trop bien tout seul.
      Le lieu de la rencontre est nouveau et ce sera un autre environnement que le parc Kergoz.
      On compte sur vous à Louannec.

      Répondre à ce message

  • J’ai finalement changé d’axe de travail, je passe de la camera obscura (difficulté à obtenir le noir pour travailler à l’école) au kaléidoscope (intéressant au niveau de la récupération de matériaux.)
    Par contre, j’ai un peu de mal à hiérarchiser les objectifs notionnels que je peux aborder : réfléxion, réfraction, calcul d’angles, étude de la couleur ?
    Christine Jonckheere - Yffiniac CM1

    Répondre à ce message

    • Christine,
      L’intérêt du Kaleïdoscope est l’observation d’images virtuelles multiples, donc d’images virtuelles, c’est à dire que ce qu’on observe derrière le miroir n’y est pas.
      Pour les élèves, la production d’un dessin d’observation à partir d’un miroir est très intéressante.
      On peut largement laisser l’interprétation du phénomène de la réflexion par le tracé de rayons lumineux au collège et au lycée.
      L’important c’est qu’ils comprennent que l’oeil est le détecteur de lumière et l’objet coloré éclairé est la source de lumière et que plusieurs miroirs accolés peuvent "faire perdre la boule" à notre oeil.

      Bonne idée, j’ai hâte de voir vos résultats.

      Répondre à ce message

  • Sandrine Bozec Saint-Cast
    Le projet le mieux engagé est celui des thaumatropes et flips book mais cela ne colle pas car on est dans la persistance rétinienne pas vraiment le sujet .
    Alors on va rester sur l’effet de serre ;expérience de l’eau sous une serre et fabriquer un four solaire si on a le temps !!!!
    on verra bien où nous en serons pour le 18
    et nous viendrons avec ce qui sera présentable !!!qu’en pensez vous ?

    Répondre à ce message

  • Des nouvelles de Quintin Le 30 mai 2010 à 10:52, par Bertrand Posnic

    Bonjour à tous,
    Nous avons tous hâte de découvrir vos travaux. Tenez-nous au courant et envoyez-nous des photos.
    Bertrand POSNIC

    Message de la classe de CE1 de Quintin :

    Bonjour Monsieur,

    Nous sommes la classe de CE1 de Quintin et nous faisons le défi scientifique. On fait deux choses. D’abord on observe comment les plantes ont besoin du soleil alors on a planté des capucines et des soucis au noir, à l’ombre et au soleil. Les plantes qui sont à l’ombre cherchent le soleil et on peut les faire tourner. Les plantes qui sont au noir n’ont pas beaucoup de feuilles mais elles ont poussé très vite et elles sont mortes. Les plantes qui sont au soleil sont très vertes mais petites.

    Lundi nous allons à l’IUT de Saint-Brieuc pour faire des expériences et aussi parce qu’on veut fabriquer un arc en ciel.

    Au revoir

    La classe de CE1

    Voilà un copier/coller de ce que les enfants ont écrit vendredi.

    Claire Bouchard
    Ecole élémentaire publique de Quintin

    Répondre à ce message

  • Des nouvelles des arc-en-ciels des maternelles de Saint-Quay Le 1er juin 2010 à 17:02, par Bertrand Posnic

    Nous travaillons sur la lumière et la perception des couleurs.
    Nous avons commencé par fabriquer puis faire tourner des toupies en noir et blanc qui font apparaître des couleurs lorsqu’elles tournent.
    Puis, les enfants ont visionné une vidéo de lesite.tv.fr nous expliquant la formation des arcs en ciel.
    En nous aidant de documents glanés sur internet, les enfants ont fabriqué des arcs en ciel (ou plutôt des bandes) avec la lumière du soleil, des aquariums et des miroirs de poche. Nous essayerons ensuite la même expérience avec des lampes. Si nous en avons le temps, les enfants réaliseront des toupies aux sept couleurs.

    les photos sont disponibles :

    http://picasaweb.google.fr/jlvlevbronnec/PhotosPourDefiSc2010#

    — 
    Cordialement

    JL Le Bronnec

    Répondre à ce message

Répondre à cet article